Nous nous levons à nouveau de bonne heure, car nous avons rendez vous à 11.00 avec Ken Harper, le chauffeur de taxi qui nous conduira lors d'un "political tour" de Belfast, comprendre : le conflit irlandais aujourd'hui à Belfast, son expression, sa réalité et son impact au quotidien, et faire toucher du doigt ces problématiques aux enfants. Belfast est sans doute une ville qu recèle bien des trésors et c'est certainement dommage de la réduire à ça. Le côté voyeur de la chose est aussi évident et pas simple à gérer. Mais quand on a grandi avec les "histoires" de l'IRA et que l'on a vite compris que c'était loin d'être simple, blanc ou noir, que l'on a vu la construction de la paix en Irlande du Nord, on a envie de comprendre, et de faire comprendre.

Nous avions fait le choix de réserver à l'avance. Je ne suis pas aussi certaine que c'était nécessaire, mais cela a eu l'avantage de rythmer la journée, et notre guide était vraiment intéressant et impliqué dans son récit. Tout était en anglais, nous avons donc jouer les traducteurs pendant toute la visite, mais j'ai eu beau me renseigner, il n'y avait pas de guide "french speaking" qui assurait cette prestation.

Le taxi tour est bien rodé et balisé. On passe d'abord par le quartier de Shankill, protestant, avant de passer du côté catholique. Le discours un poil "dramatique". N'empêche, l'explication de certaines fresques de Shankill reste terrifiante. 

DSCN6397

 

DSCN6402

DSCN6398

Celle du côté catholique semblent presque plus officielles, on voit même un peintre en refaire une en plein jour, elle ne doit donc pas avoir grand chose d'illégal.

Le mur de la paix, avec ses barbelés, ses grilles énormes qui se ferment à la nuit tombée pour éviter des confrontations entre adolescents, est bien réel lui aussi. Les tensions sont encore bien là, entretenues par des génération d'amertume et des horizons limités par le peu d'éducation, la pauvreté, le chômage et leurs corollaires. Pas la peine de vous dire que cela n'a plus rien à voir - du tout- avec la religion et sa pratique.

DSCN6403

DSCN6404

 

DSCN6409DSCN6410

DSCN6411

Juste en rentrant, j'ai ressorti de ma bibliothèque un livre que je n'avais pas encore lu et que l'on m'avait conseillé l'an passé : Eureka Street de Robert McLiam Wilson, dont l'intrigue se déroule à quelques mois du processus de paix. Lisez ça pour vous en faire une idée, ça vaudra mieux que ma prose : http://www.lacauselitteraire.fr/sur-eureka-street-de-robert-mcliam-wilson, ce livre est une merveille.

Après une bonne heure et demie de balade en voeux taxi, donc, nous changeons d'ambiance : direction la Titanic experience, un musée interactif aussi titanesque que son sujet. J'ai toujours été fascinée par l'histoire du Titanic, qui raconte si bien tout l'orgueil de l'Homme à cette époque, rattrapé par l'imperfection qui lui est inhérente et la Nature, impacable. Je m'enflamme, elle est compliquée cette phrase.

Papa Titoubrun est nettement plus sceptique. Titanic = Morbide + James Cameron => mais Why ?

DSCN6412

DSCN6413

Pourquoi y a-t-il un musée du Titanic à Belfast ? Parce que c'est là qu'il a été construit pardi (le Titanic, pas le musée !). Le musée en profite d'ailleurs pour retracer le contexte industriel de Belfast du début du siècle, et la vie quotidienne sur place. Cette partie est palpitante, et on aurait pu y rester des heures le temps de regarder toutes les videos et de lire tous les documents. On passe ensuite à la construction du bateau via une balade dans une petite nacelle : c'est bien fichu et les enfants adorent. Vient ensuite le voyage inaugural (avec des reconstitutions des cabines assez impressionantes), le naufrage, l'enquête et enfin les légendes et "dérivés". J'avais un peu fait bosser les enfants en amont, via un bouquin sur l'histoire du Titanic et ... un bon vieux visionage du film ! je ne l'ai pas regretté car il y a tellement d'infos (et de monde) que si on ne sait pas du tout de quoi il retourne, ce ne doit pas être évident d'en sortir avec une image bien claire de ce qui s'est passé... Au total on est bien resté 2.30 dans le musée et même papa Titoubrun n'a pas vu le temps passé et a trouvé ça "super bien foutu". Vous verrez partout que l'entrée n'est pas donnée, c'est vrai, mais nous, on a trouvé que ça valait le coup.

On repart de Belfast assez tôt pour arriver à une heure raisonnable au "Seascape Country house B&B" près de Carrickfergus. L'ambiance cosy, réglée et "moquettée" du B&B nous change du Slane Farm Hostel !!! Un peu plus tard, on part dîner dans une espèce de restau/dinner irlando-americain à Carrickfergus, au pied de l'imposant chateau normand qui a les pieds dans la mer. Ledit chateau s'avère d'ailleurs bien plus intéressant que le contenu de nos assiettes, qui aura toutefois le mérite de nous alerter sur les quantités envisageables de nourriture en Irlande sur une si petite surface et pour une seule personne !